Du fuel écologique pour l’aviation

L’année 2020 a commencé avec des efforts importants de la part de l’aviation d’affaires pour promouvoir et utiliser un carburant d’aviation durable (abordé dans ce numéro dans les détails techniques de Peter Garrison). Il continue de s’appuyer sur l’élan affiché lors de la Convention et exposition de l’aviation d’affaires de la National Business Aviation Association l’automne dernier à Las Vegas, qui a vu des fabricants tels que Gulfstream, Embraer, Textron Aviation et Honda Aircraft Company alimenter leurs écrans et autres avions, du moins en partie, sur SAF.

Par exemple, Gulfstream a fait voler sa flotte directement de l’aéroport Hilton Head de Savannah en Géorgie à l’aéroport Henderson Executive de Las Vegas, site de la présentation statique du salon. La société affirme qu’il s’agissait de ses premiers vols neutres en carbone utilisant un mélange de carburant d’aviation durable et de compensations de carbone. L’utilisation du mélange 30-70 (avec 30% de SAF à faible émission de carbone et 70% de jet-A à base de pétrole) a été «plus que compensée par l’achat par la société, moyennant des frais par heure de vol, de des crédits de réduction d’émissions vérifiés par le biais d’un fournisseur de compensation tiers », selon Gulfstream. D’autres entreprises se sont réunies à l’aéroport municipal de Salina au Kansas pour faire le plein de SAF pour la dernière étape du salon. En janvier, les dirigeants mondiaux ont également fait un usage remarquable du SAF, en participant au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, à différents niveaux de carburants alternatifs ou en utilisant des compensations de carbone pour marquer leur engagement à lutter contre le changement climatique. Les leaders occidentaux de l’aviation d’affaires étaient également à l’avant-plan, déployant deux nouvelles initiatives de réduction des émissions de carbone au WEF. Les associations aéronautiques présentes au forum comprenaient la General Aviation Manufacturers Association, la National Air Transportation Association, l’European Business Aviation Association, le Conseil international de l’aviation d’affaires et la NBAA.

Les groupes s’efforcent de réduire l’empreinte des émissions de l’industrie, dans le cadre de l’engagement plus large de l’aviation d’affaires sur le changement climatique, sachant que, bien que le principal enjeu environnemental des initiatives ont commencé en Europe, hélicoptère ce n’est qu’une question de temps avant que ces efforts ne parviennent aux États-Unis. Pour commencer les travaux nécessaires pour changer d’avis sur l’environnement, la Business Aviation Coalition for Sustainable Aviation Fuel (ou la SAF Coalition), en collaboration avec le WEF, a conclu des accords pour rendre SAF disponible pour les avions volant à l’aéroport de Zurich via Jet Aviation et World Services de carburant. SAF est un remplacement direct du jet-A standard.

Les critiques des nouvelles initiatives de carburant durable ont minimisé l’implication des États-Unis dans la discussion sur le changement climatique liée à l’aviation, souvent sur la base du coût et de l’idée que le nouveau SAF n’est pas aussi économe en énergie que le jet-A traditionnel. Doug Carr dit à Flying: «SAF est un jet-A et répond à toutes les normes ASTM. Contrairement à la variété de carburants disponibles dans une station-service locale, il n’y a tout simplement aucun argument scientifique valable ici. SAF est un jet-A, clair et simple. »

Sur le plan des coûts, Carr déclare: «Comme pour tout ce qui est nouveau – technologie, automobile – un nouveau produit a un prix pour essayer de récupérer l’investissement. Ce n’est pas différent. En tant que communauté, nous sommes des adopteurs précoces, je pense donc que nous allons aider nos exploitants à voir la raison d’investir dans les carburants responsables le plus tôt possible. » Carr mentionne un certain nombre de nouvelles raffineries SAF qui devraient bientôt devenir disponibles, ajoutant: «Je pense que c’est un problème auquel nous devrons faire face dans les années à venir. De nombreuses compagnies aériennes de [l’aéroport international de Los Angeles], par exemple, utilisent le SAF dans leurs réservoirs. L’industrie doit dire qu’elle veut aborder cette question. Si le marché dit: « Je veux acheter [SAF] », les prix commenceront à baisser.  » Alors que la capacité n’est pas encore là pour alimenter un avion à plein temps avec un SAF à 100%, les promoteurs estiment que c’est un bon début pour aider à réduire les émissions de carbone.

Alaska: en hélicoptère

Certaines rencontres en hélicoptère sont meilleures que d’autres. La possibilité de survoler certains des panoramas les plus pittoresques est toujours un émerveillement. J’ai récemment eu la chance de survoler le parc national Denali en Alaska, ce qui a été une expérience merveilleuse. Parc national et réserve de Denali, immense région avec une atmosphère naturelle intacte de toundra alpine et de forêts boréales (taïga) dans le sud-principal de l’Alaska, États-Unis. Il se situe à peu près à égale distance de Fairbanks vers le nord-est et d’Anchorage au sud-sud-est et est également à quelque 200 kilomètres (320 km) au sud du cercle polaire arctique, dans la zone climatique subarctique. La zone de loisirs et la protection ont été créées en 1980, englobant l’ancienne zone de loisirs nationale du mont McKinley (1917) ainsi qu’une superficie supplémentaire de 6 405 mètres carrés. kilomètres (16 590 km²). En 1976, il a été désigné par l’UNESCO comme une cale de biosphère. La zone de loisirs a une section de 7 408 m². milles (19 187 km²). La protection offre 2 085 kilomètres carrés (5 400 km carrés) supplémentaires et jouxte la zone de loisirs en 2 modèles, l’un au nord-ouest et l’autre au sud-ouest; en outre, Denali Condition Park borde la zone de loisirs nationale autour du sud-est. Le siège de la zone de loisirs à l’échelle nationale se trouve à l’entrée du parc dans le coin nord-est. Une station de gardes forestiers à Talkeetna, à 160 km au sud de l’entrée, s’occupe des activités d’alpinisme dans la zone de loisirs. Il y a plus d’un siècle, deux hommes remarquables ont passé l’hiver dans une cabane non loin du ruisseau Toklat. Leur rencontre et leur interaction avec le paysage sauvage les ont altérés. Par conséquent, ils ont eu une influence puissante sur la conservation du paysage pour les générations futures. Charles Sheldon, un ancien écologiste et chasseur de gentleman du Vermont, ainsi que Harry Karstens, un légendaire amateur de plein air et musher canin, ont trouvé un concept au cours du long hiver pour faire de cet endroit le premier parc national au monde créé pour conserver la faune. En 1917, juste après presque une décennie de travail acharné, Sheldon ainsi que d’autres persuadèrent le Congrès de produire Install McKinley National Park. Quatre ans plus tard, en 1921, Karstens a été embauché comme son premier surintendant. Les hélicoptères se caractérisent par une excellente présence tout autour, grâce à de nombreuses fenêtres dans le cockpit. Même si vous avez le siège central, vous bénéficierez de vues exceptionnelles. Vous serez en mesure de regarder de face, les bords, la liste en dessous de vous et même au-dessus de votre esprit pour les panoramas pendant que vous voyagez. Donc, voler plus que la zone de loisirs nationale de Denali continue d’être incroyable. La zone de loisirs et la réserve englobent le centre de la rude chaîne de l’Alaska et une grande partie de collines réduites et de plaines d’épandage au nord des sommets des montagnes. Le principal vers la zone de loisirs est Denali, le maximum le plus élevé aux États-Unis. Denali (« L’Excellent » ou « L’Élevé ») est le terme historique indien Athabaskan pour le sommet de la montagne. Le maximum a longtemps été appelé Installer McKinley, pour You.S. Le président William McKinley, mais son nom d’origine a été restauré en 2015. Les autres caractéristiques du parc sont les grands glaciers de la chaîne de l’Alaska, Install Foraker – d’une hauteur de 17 400 pieds (5 304 mètres) – et d’autres sommets de la chaîne qui dépassent les niveaux. de 10 000 pieds (3 050 mètres), la région de la rivière Savage à l’ouest du siège du parc et l’atmosphère parfaite de la région. La hauteur établie de Denali à 20 310 pieds (6 190 mètres) a été reconnue par le United States Geological Survey en septembre 2015 après une remesure prudente de la hauteur de la montagne effectuée plus tôt cette année-là. Il a remplacé le besoin de 20 320 pieds (6 194 mètres) qui était l’élévation de l’État depuis le début des années 1950. Avant 2015, d’autres efforts avaient été conçus pour mesurer l’altitude de la montagne. Une étude particulière, menée en 2010, a fait l’expérience de l’utilisation de technologies radar avancées. La conséquence de cette façon de mesurer, 20 237 pieds (6 168 mètres), a été rendue publique en septembre 2013, mais il a ensuite été déterminé qu’elle était inexacte. Les hivers sont longs et extrêmement froids, durent généralement de septembre à avril. Les températures au cours des semaines les plus froides peuvent rester inférieures à -18 °C (°F) pendant de plus longues périodes et peuvent chuter à -40 °F (-40 °C) ou plus frais la nuit. Les étés sont courts (fin mai à début septembre) et frais, avec des plages de températures plus élevées atteignant en moyenne environ 24 °C (75 °F) autour des jours les plus chauds. Les chutes de neige peuvent tomber presque n’importe quel mois. En hiver, les accumulations de neige sont les plus importantes dans la partie sud de l’Alaska Array. Les plages de températures diminuent avec l’altitude et les plages de températures diurnes peuvent être extrêmes, en particulier en hiver. Les hélicoptères surmontent les turbulences grâce à leurs corps élégants et leurs pales polyvalentes, ce qui signifie que les passagers ne sentiront rien ! Si les turbulences sont sérieuses, nous ne voyageons tout simplement pas. C’est censé être un vol panoramique agréable, en fin de compte! Lorsque vous le pouvez, faites ce vol en hélicoptère ou un autre jusqu’à chez vous.

Hélicoptère: une très belle expérience

L’un des meilleurs domaines pour offrir des visites en hélicoptère dans la ville est la possibilité de donner aux individus l’excitation de leur vie. Fondamentalement, nous aimons regarder les gens planifier nos hélicoptères avec plaisir, nous réalisons également que faire quelque chose de nouveau peut motiver certaines inquiétudes et peut-être même quelques nervosités nerveuses. En plus de lire nos méthodes de sécurité, voici tout ce que vous devez savoir pour votre premier voyage en hélicoptère. Choisissez le meilleur Chopper Chaque fois que vous réservez une visite dans l’atmosphère, assurez-vous de savoir de quelle manière les sièges sont traités. Un hachoir dont toutes les chaises sont tournées vers l’avant offre le meilleur aspect et permet de profiter plus facilement des lieux avec tout le monde lors de votre propre voyage. L’utilisation d’une chaise de traitement à l’avance aide également tous les voyageurs de votre groupe susceptibles de lutter contre des problèmes de santé liés aux mouvements afin qu’ils puissent simplement s’asseoir et profiter de la balade. Tenue appropriée La sécurité doit toujours être au premier plan de votre esprit lorsque vous choisissez votre tenue pour le voyage en hélicoptère. Bien que vous puissiez vous habiller avec style pour être magnifique sur la photo avant le vol, vous devez également être à l’aise et en sécurité. Il est préférable de garder des casquettes, des foulards et d’autres accessoires dans votre véhicule ou peut-être un casier de rangement dans notre centre, car ils peuvent s’envoler. Pour ceux qui ont les cheveux longs, tirez-les de nouveau pour éviter les enchevêtrements et assurez-vous de porter des chaussures plates à bouts droits. Comprendre les plans de sièges Naturellement, tout le monde veut le meilleur siège sur leur trajet en hélicoptère ou s’asseoir à côté de leur autre significatif. Fondamentalement, nous essayons de nous assurer d’honorer vos exigences, la réalité est que le lancement d’un hélicoptère correctement est essentiel pour son équilibre. Chaque fois que vous montez à bord, nous vous révélerons où vous pouvez vous asseoir pour votre poids et votre équilibre corrects depuis l’hélicoptère. Si vous n’êtes pas en mesure de vous asseoir tout près de votre partenaire, ne vous inquiétez pas, vous aurez toujours la possibilité de communiquer et de profiter de l’expérience dans l’atmosphère les uns avec les autres. Obtenez l’image idéale Les caméras sont autorisées à bord de nos circuits en hélicoptère et nous vous encourageons à cliquer pendant que vous vous envolez plus que des monuments historiques comme la Statue de la Liberté. Pour éliminer les reflets sur les fenêtres, envisagez de vous habiller avec des couleurs plus foncées, vol en hélicoptère car les teintes plus légères peuvent refléter le verre. Vous devez également planifier vos vacances pour les meilleures occasions de la journée pour prendre des photos. Habituellement, les heures du milieu du matin au début de l’après-midi sont les plus claires simplement parce que tout brouillard tôt le matin se sera dissipé et que le soleil ne tarde pas, ce sont les rayons du soleil les plus forts. Détendez-vous et suivez le courant Dès votre arrivée pour le tour en hélicoptère, les choses sont bien planifiées pour vous permettre de vivre une expérience fluide. Avant de faire le tour de l’hélicoptère, vous aurez l’occasion de regarder un clip vidéo sur la sécurité et de découvrir des façons de vous approcher correctement de l’avion. Notre équipe vous permettra probablement de vous installer sur votre chaise et de s’assurer que vous êtes en sécurité avant de le retirer. Bien que vous puissiez ressentir de l’anxiété, prêter attention à la préparation avant le vol peut vous aider à vous sentir à l’aise pendant que vous vous couchez. Les individus font essentiellement un tour en hélicoptère pour le plaisir de monter à l’intérieur d’un hélicoptère pour la première fois, ou sont de grands fans d’hélicoptères – il peut donc être frustrant de s’asseoir. Dans lequel vous vous détendrez dans l’hélicoptère, la décision sera prise en fonction du poids corporel et des quantités ; ce qui signifie que la charge des passagers et de l’aviateur serait répartie. Donc, cela peut signifier que vous n’obtiendrez pas le siège avant, ou peut-être une chaise de fenêtre. De manière générale, la personne la moins lourde du groupe obtiendra la chaise centrale arrière. Visitez l’héliport en voiture ou en transport public et vous aurez une idée de la façon dont la chaleur sera dans l’hélicoptère correctement en vol aérien – même s’il peut être un peu plus froid. Pendant les mois froids, le temps peut être glacial dans l’hélicoptère comme dans une voiture ; correctement, le temps sur le sol reflétera ce qu’il pourrait être dans l’atmosphère. Alors habillez-vous en conséquence, mettez des vêtements superposés pendant les mois froids et habillez-vous bien pendant les mois chauds d’été.

Des drones qui volent en autonomie

Les pilotes automatiques, officiellement connus sous le nom de «systèmes de contrôle de vol» et surnommés «George», augmentent considérablement la complexité des opérations aériennes. Les conceptions de pilote automatique peuvent différer selon le fabricant et les pilotes doivent se familiariser avec les détails spécifiques de chaque système. Un pilote automatique correctement programmé sur un drone réduit la charge de travail du pilote, lui permettant de surveiller la trajectoire de vol et d’utiliser la caméra. Les pilotes automatiques ont cependant de nombreuses limitations et le pilote doit comprendre ces limitations avant de voler en auto. Les pilotes qui pilotent leurs drones en utilisant des modes autonomes doivent comprendre le fonctionnement de la programmation avant de céder le contrôle à «George». Ils doivent également être prêts à reprendre immédiatement le contrôle de vol manuel en cas d’échec de programmation. Les pilotes automatiques sur les drones, combinés à la technologie d’évitement d’obstacles, sont si avancés que les pilotes peuvent devenir complaisants. La surutilisation d’un pilote automatique peut entraîner la perte des compétences de vol manuel. Le résultat peut être l’incapacité du pilote à reprendre le contrôle une fois qu’un pilote automatique est déconnecté ou que ses limites sont dépassées.

AVERTISSEMENTS ET LIMITATIONS
Les pilotes automatiques ont de nombreuses limitations et peuvent mal fonctionner lorsque ces limitations sont dépassées. Par exemple, hélicoptère lyon les pilotes automatiques ne fonctionneront pas correctement au-dessus d’une certaine vitesse du vent. Le pilote de drone doit être conscient de toutes les limitations du pilote automatique. Pour assurer un vol en toute sécurité, les pilotes et les pilotes automatiques doivent toujours se compléter. Avant d’utiliser un pilote automatique pour piloter un drone, le pilote doit pouvoir reprendre le contrôle manuel de ce drone en cas de problème. Le pilote doit être compétent pour voler dans des vents plus forts et dans des conditions difficiles telles que la faible luminosité ou la visibilité. Il est essentiel que le pilote comprenne toutes les fonctionnalités autonomes du drone avant d’essayer de les utiliser. Plus important encore, il est crucial de savoir sortir d’un mode de vol autonome et prendre le contrôle manuel du drone en cas d’urgence. Cela devrait être pratiqué souvent jusqu’à ce que cela devienne une seconde nature.

Les modes de pilote automatique peuvent avoir différentes caractéristiques en fonction de leur fabricant. Ces fonctionnalités sont souvent modifiées lorsque de nouvelles mises à jour du micrologiciel sont publiées. Le taux de développement est souvent supérieur à la capacité du fabricant à documenter les changements, faisant de chaque utilisateur un pilote d’essai chaque fois que de nouvelles versions sont installées. Étant donné que l’attention du pilote de drone a tendance à se concentrer sur les données de télémétrie et la liaison descendante vidéo, un observateur visuel doit toujours être utilisé lors d’un vol automatique.

Bien que plusieurs fabricants de drones aient des modes de vol autonomes, cet article explorera les modes les plus courants de l’application DJI Go 4, compatible avec les Phantom 4 et 4 Pro, le Mavic Pro et le DJI Inspire 2. DJI propose actuellement environ un douzaines de «modes de vol intelligents», mais certains d’entre eux ne sont que des améliorations du vol manuel. Les modes entièrement autonomes suivants nécessitent un signal GPS. Le pilote du drone doit avoir un verrou GPS ou les modes autonomes ne fonctionneront pas.

RETOURNER À LA MAISON
Certains pilotes peuvent même ne pas se rendre compte que le retour La fonction to Home est un mode de vol autonome. Il s’agissait du premier mode de vol autonome développé lorsque le GPS a été ajouté aux drones. Si le retour à la maison semble être un mode simple, de nombreuses nouvelles fonctionnalités avancées améliorent désormais sa sécurité opérationnelle. Il est par exemple possible de définir l’altitude à laquelle le drone doit monter avant de rentrer chez lui pour survoler les obstacles. Il existe également des déclencheurs autonomes pour ce mode, comme une batterie faible ou une liaison perdue. Return to Home est le premier mode autonome avec lequel les pilotes de drones devraient se familiariser et s’entraîner à utiliser souvent.

POINT D’INTÉRÊT
Point of Interest est un mode de vol autonome qui commande au drone de tourner autour d’un point spécifique tout en pointant automatiquement la caméra vers une cible prédéterminée. C’est un excellent mode pour montrer tous les côtés d’un objet fixe, tel qu’un bâtiment ou une structure. Le pilote peut ajuster la vitesse du drone lorsqu’il est en mode automatique et se concentrer sur le contrôle des fonctions de la caméra pour améliorer la qualité de tournage.

Lorsque ce mode de vol est activé, le curseur de point d’intérêt initial est affiché sur le côté droit de l’écran. Cela invite le pilote à voler directement au-dessus d’un point prédéterminé. Il n’y a actuellement aucun moyen de définir le point sur la carte, sauf pour y voler et l’enregistrer manuellement. Le pilote doit se rappeler de diriger la caméra vers le bas et, lorsqu’il survole la cible souhaitée, appuyez sur «Enregistrer POI» et passez à l’écran suivant.

Lorsque le point d’intérêt est enregistré, le pilote doit reculer le drone loin de cet emplacement et incliner lentement la caméra vers le haut jusqu’à ce que le rayon de vol soit suffisamment grand pour maintenir l’objet dans le champ de vision pendant la rotation. Les bâtiments rectangulaires ou oblongs sont un peu plus difficiles, et il faudra un peu de pratique pour déterminer le meilleur rayon et l’altitude dans ce mode autonome. Une fois que le pilote a trouvé un rayon et une altitude appropriés, appuyez sur «Appliquer» pour faire tourner le drone autour de l’objet. Le rayon et l’altitude peuvent être ajustés pendant que le drone tourne. La surveillance de la liaison descendante vidéo au début du vol peut aider le pilote à composer le cliché parfait.

Une fois le mode Point d’intérêt activé, le pilote peut utiliser le curseur et régler la vitesse du drone. Alors que la vitesse par défaut est de 2 mph, elle peut être augmentée à environ 5 mph si le drone encercle un grand bâtiment. Si vous augmentez trop la vitesse, le cercle peut devenir oblong ou elliptique. Si la vitesse du vent est trop élevée, cela peut faire voler le drone plus rapidement au portant, ce qui peut rendre le cercle elliptique. Une fonctionnalité intéressante dans ce mode est le bouton de pause. Ce bouton donne au pilote le temps nécessaire pour régler la caméra simplement en interrompant la rotation, puis en la reprenant lorsqu’il est prêt. L’affichage calcule le temps nécessaire pour terminer le cercle, de sorte que la vitesse peut être ajustée en conséquence. Si nécessaire, appuyez sur «Réinitialiser le cap» pour faire pivoter le drone, lui permettant de faire face au centre de l’orbite.

PISTE ACTIVE
Le mode Active Track permet pilote pour suivre une cible en mouvement, comme une personne sur un vélo. Après être entré dans le mode, une boîte peut être dessinée autour de la cible en touchant et en la faisant glisser autour de la cible sur l’écran de l’appareil mobile. Une boîte verte apparaît et, à condition que le contraste avec l’arrière-plan soit suffisant, un signal clignotant «Go» s’affiche. Appuyez sur la case verte pour faire apparaître un cercle avec une paire de crochets autour de ce que le drone reconnaît comme l’objet sélectionné. Le drone suivra cette cible tant qu’elle contraste avec l’arrière-plan. Si les crochets scintillent fréquemment, cela peut indiquer que le drone n’est pas sûr de l’objet et que le suivi peut être perdu. Active Track comprend trois modes: Trace, Profile et Spotlight.

En mode Trace, le drone fait toujours face à la cible. L’utilisateur a la possibilité de sélectionner la vitesse maximale du drone lorsqu’il suit un objet et même de lui ordonner de tourner autour de l’objet tout en le suivant.

Le mode profil commande au drone de maintenir un relèvement et distance de l’objet suivi. Ce mode peut être utilisé pour les prises de vue de profil, les tirs de fuite, les tirs devant la cible ou les tirs qui restent dans une direction lorsque la cible se déplace. Bien que le mode Profil soit utile pour obtenir des prises de vue de profil, il peut également être utilisé pour se balancer et voir l’objet de l’avant, se déplacer sur le côté ou derrière la cible, et avoir généralement plus de contrôle sur le positionnement du drone.

Le mode Spotlight est différent des deux autres modes d’Active Track. L’activation de ce mode verrouille le cap actuel du drone, et tous les mouvements latéraux sont effectués par rapport à ce cap. Avec le cap verrouillé et la caméra se déplaçant automatiquement pour suivre la cible suivie, ce mode est utile pour suivre quelqu’un qui se déplace dans une zone confinée. Si le sujet effectue des acrobaties de motocross, le drone peut suivre le sujet tout au long du parcours sans que le pilote ait à se soucier du suivi de la caméra ou de survoler des personnes non protégées.

SUIVEZ-MOI
Une autre Le mode qui est similaire à Active Track est le mode Follow Me. Ce mode est similaire au mode Profil, mais il est piloté par GPS au lieu d’images visuelles. Dans Follow Me, le drone vole à une distance et à un relèvement constants par rapport à l’objet suivi. Cette distance et ce relèvement sont maintenus par la différence entre le GPS sur le sujet suivi et le GPS à l’intérieur du drone. Follow Me ne fonctionne que si le smartphone ou la tablette contrôlant le drone a un signal GPS. Il y a plusieurs avantages à utiliser le GPS pour suivre un sujet. Le GPS peut être nécessaire, par exemple, pour suivre un sujet trop éloigné pour être reconnu à l’aide d’Active Track. Dans les situations où il y a peu de contraste entre le sujet et l’arrière-plan, Follow Me donne de bien meilleurs résultats que Active Track. Le drone semble suivre le sujet plus précisément et plus facilement en utilisant Follow Me. C’est le cas à des altitudes plus élevées et surtout avec des sujets plus petits. Enfin, le mode Follow Me gère la cible occlusions sans problèmes. Si le sujet est temporairement caché derrière un objet et sort de l’autre côté, Active Track arrête souvent de suivre le sujet, tandis que Follow Me continue à suivre le sujet, à condition que le signal GPS ne soit pas perdu.

WAYPOINTS
En mode Waypoints, le drone est capable d’effectuer un vol entièrement autonome entre des points dans le ciel. En d’autres termes, un itinéraire spécifique dans le ciel peut être suivi, enregistré et repris à plusieurs reprises et avec précision. Pendant que le drone suit le parcours en mode automatique, le pilote peut se concentrer sur la composition du tir. Pour créer un itinéraire dans Waypoints, les pilotes doivent piloter physiquement le drone jusqu’aux emplacements GPS exacts dans le ciel qui seront utilisés comme waypoints. Ces emplacements ne peuvent pas être modifiés ou édités, les pilotes doivent donc s’assurer qu’ils sont exactement les emplacements prévus lors de l’enregistrement de ces points. Par mesure de sécurité, l’application DJI Go 4 limite le mode Waypoints à un rayon de 500 m (0,3 mile) du point d’origine ou à une distance linéaire de 5 km (3 miles).

Sikorsky – un pionnier dans l’aviation

Igor Sikorsky est un pionnier de la conception d’avions, surtout connu pour avoir développé avec succès l’hélicoptère.

Éducation et début de carrière
Le père de Sikorsky était médecin et professeur de psychologie. Sa mère était également médecin, mais n’a jamais exercé en tant que professionnelle. Son grand intérêt pour l’art et pour la vie et l’œuvre de Léonard de Vinci a sans doute stimulé l’intérêt précoce de son fils pour l’expérimentation de modèles réduits de machines volantes ; à l’âge de 12 ans, il a fabriqué un petit hélicoptère à moteur en caoutchouc qui pouvait s’élever dans les airs.

En 1903, Sikorsky entre à l’Académie navale de Saint-Pétersbourg, avec l’intention de devenir un officier de carrière, mais son intérêt pour l’ingénierie le conduit à démissionner du service en 1906. Après une brève période d’études d’ingénierie à Paris, il entre à l’Institut polytechnique de Kiev. Cependant, après une année universitaire relativement réussie, il conclut que les sciences abstraites et les mathématiques supérieures telles qu’elles étaient alors enseignées n’avaient que peu de rapport avec la résolution de problèmes pratiques, et il quitte l’école, préférant passer son temps dans son propre atelier et laboratoire.

Un voyage en Europe au cours de l’été 1908 l’a mis en contact avec les réalisations des frères Wright et le groupe d’inventeurs européens qui tentaient d’égaler leurs progrès en matière de vol. De retour à Kiev, Sikorsky en arrive à la conclusion que la façon de voler est de voler « tout droit », comme l’avait proposé Léonard de Vinci, un concept qui exige un rotor horizontal. Aidé financièrement par sa sœur Olga, il retourne à Paris en janvier 1909 pour poursuivre ses études et acheter un moteur léger.

De retour à Kiev en mai 1909, il commence la construction d’un hélicoptère. Son échec révèle certains des obstacles pratiques. Une deuxième machine équipée d’un plus gros moteur est testée en 1910, mais elle ne vole pas non plus. Il prend alors une décision importante :

« J’avais suffisamment appris pour reconnaître qu’avec l’état actuel de la technique, des moteurs, des matériaux et, surtout, le manque d’argent et d’expérience… je ne serais pas en mesure de produire un hélicoptère réussi à ce moment-là. »

En fait, il a dû attendre 30 ans avant que toutes les conditions soient réunies.

Pour l’instant, Sikorsky décide d’entrer dans le domaine de la conception d’ailes fixes et commence la construction de son premier avion. Le biplan S-1 de Sikorsky a été testé au début de l’année 1910 et, bien que son moteur de 15 chevaux se soit révélé insuffisant, une cellule redessinée avec un moteur plus puissant (S-2) lui a permis d’effectuer son premier vol court. Les S-3, S-4 et S-5 se succèdent rapidement, chacun étant un perfectionnement de son prédécesseur, et chacun ajoutant à son expérience de pilote. Enfin, à l’été 1911, à bord d’un S-5 équipé d’un moteur de 50 chevaux, il est capable de rester en l’air pendant plus d’une heure, d’atteindre des altitudes de 450 mètres et d’effectuer de courts vols transnationaux. Ce succès lui a valu la licence internationale de pilote numéro 64.

La série S-6 qui suivit fit de Sikorsky un concurrent sérieux pour la fourniture d’avions à l’armée russe. De manière caractéristique, il ne tarde pas à faire un pas de géant : le premier avion quadrimoteur, appelé « Le Grand », précurseur de nombreux bombardiers et transports commerciaux modernes, qu’il construit et fait voler avec succès dès 1913. Parmi ses caractéristiques innovantes, qui n’ont pas été adoptées ailleurs avant le milieu des années 1920, figure une cabine entièrement fermée pour les pilotes et les passagers.

Dans la période de perturbation qui suit la révolution russe et l’effondrement de l’Allemagne, Sikorsky ne voit guère d’opportunités de développement d’avions en Europe. Il décide donc de repartir à zéro aux États-Unis et débarque à New York en mars 1919 en tant qu’immigrant.

Travail aux États-Unis
Après plusieurs années maigres en tant que conférencier et enseignant, tout en essayant de se faire une place dans l’industrie aéronautique contractuelle de l’après-guerre, il crée, avec quelques associés, dont certains sont d’anciens officiers russes, sa propre société, la Sikorsky Aero Engineering Corporation. Ils s’installent dans une vieille grange située dans une ferme près de Roosevelt Field, à Long Island. Sikorsky devient citoyen américain en 1928. En 1929, la société, devenue une division de United Aircraft Corporation, occupait une grande usine moderne à Bridgeport, dans le Connecticut, et produisait des amphibiens bimoteurs S-38 en grand nombre. En 1931, le premier S-40, l' »American Clipper », ouvre la voie aux lignes de courrier et de passagers de Pan American World Airways dans les Caraïbes et en Amérique du Sud. À l’été 1937, Pan American a commencé le service transpacifique et transatlantique avec le premier quadrimoteur S-42 « Clipper », le dernier de la série Sikorsky, dont l’ancêtre avait été « Le Grand » de 1913.

À la fin des années 1930, l’évolution des besoins en matière de transport aérien militaire et commercial annonce la fin des grands hydravions, et Sikorsky revient à son premier amour, l’hélicoptère. Une fois de plus, il participe à « un travail de pionnier avancé… pour lequel il existe très peu d’informations fiables et aucune expérience de pilotage ». Cependant, la théorie aérodynamique et les techniques de construction essentielles qui avaient fait défaut en 1910 étaient désormais disponibles. Au début de 1939, avec un groupe d’ingénieurs bien formés à sa disposition, il a commencé la construction de l’hélicoptère VS-300. Comme il l’a dit plus tard, « il y avait une grande satisfaction à savoir que, dans un court laps de temps, une bonne ingénierie dans une ligne nouvelle produisait des résultats encourageants. » Le 14 septembre 1939, le VS-300 décollait du sol pour son premier vol. Son concepteur était aux commandes ; durant toute sa carrière, Sikorsky a toujours insisté pour effectuer lui-même le premier vol d’essai de toute nouvelle conception. Le 6 mai 1941, dans une machine améliorée, il établit un record international d’endurance de 1 heure 32,4 secondes.

Il est douteux que Sikorsky ait alors pleinement envisagé le développement remarquable de la machine à décollage vertical au cours des 30 années suivantes. Il ne prévoyait certainement pas l’utilisation généralisée de l’hélicoptère comme arme militaire offensive. Il le considérait comme un outil utile pour l’industrie et le commerce aérien, mais surtout comme un appareil efficace pour le sauvetage et le secours d’êtres humains pris dans des catastrophes naturelles, comme un incendie, une inondation ou une famine. Il estimait que plus de 50 000 vies avaient été sauvées par des hélicoptères.

La vie professionnelle active de Sikorsky a couvert la quasi-totalité de l’histoire du vol humain, des frères Wright à l’exploration spatiale. Peu de personnes dans le domaine de l’aviation peuvent se targuer d’une telle participation personnelle, ou d’une contribution personnelle à un tel éventail d’idées novatrices. Il s’est seulement plaint que, de toutes ses prédictions passées, celles qu’il a vécu pour regretter étaient du côté « trop conservateur ».

Sikorsky a pris sa retraite en tant que directeur technique de sa société en 1957, mais est resté actif en tant que consultant jusqu’à sa mort. Sikorsky a reçu de nombreux doctorats honorifiques en sciences et en ingénierie, des bourses honorifiques dans les principales sociétés scientifiques et techniques des États-Unis et d’Europe, ainsi que les plus hautes médailles et récompenses dans le domaine de l’aviation, notamment la Croix de Saint-Vladimir de Russie, le Sylvanus Albert Reed Award de 1942 de l’Institute of Aeronautical Sciences de New York, le United States Presidential Certificate of Merit de 1948, la médaille et le certificat Daniel Guggenheim de 1951, le Elmer A. Sperry Award de 1964 et le National Defense Award de 1971.

Des aéronefs hybrides

Les avions électriques hybrides sont la réponse d’aujourd’hui pour les vols aériens à long rayon d’action à faibles émissions. Un programme de propulsion électrique hybride peut s’approcher de l’espace impliquant les restrictions de densité de puissance des batteries et les émissions d’énergie fossile. Dans ce marché en expansion, il s’agit d’un processus de pointe permettant aux fournisseurs de livrer un type virtuel de leur composant au fabricant d’équipement initial (OEM), lui permettant de construire un double numérique et de tester l’intégration. Ce jumeau numérique permet aux concepteurs d’exécuter un prototypage à gestion rapide (RCP) et de tester le modèle de plante chez l’oiseau de compagnie en fer, ce qui se traduit par des périodes de développement et d’incorporation plus courtes. La complexité des techniques de production d’énergie à bord et d’administration des batteries nécessite une confirmation complète, qui peut être accomplie avec un dépistage de l’équipement en boucle (HIL) avant qu’il ne fasse l’objet d’évaluations en vol. En utilisant Simulink Real-Time™, vous pouvez développer votre groupe motopropulseur en effectuant des tests HIL avec des conceptions similaires à celles que vous avez utilisées pour la simulation de bureau. Cela vous permet de suivre votre groupe motopropulseur et votre système de contrôle de propulsion à un stade précoce d’amélioration. Tirez pleinement parti des jumeaux électroniques en commençant par la définition des exigences jusqu’à la vérification et l’accréditation dans une ligne électronique cohérente. Simulez la connexion entre votre style électrique et mécanisé dans un environnement numérique total et suivez la conception de votre programme de propulsion électrique hybride physique en temps réel à l’aide du dépistage HIL. Dans ce marché en pleine expansion, il s’agit d’une procédure de pointe pour les fournisseurs de livrer une maquette virtuelle de leur composant au fabricant d’engrenages initial (OEM), lui permettant de créer un jumeau numérique et de tester son intégration. Ce double électronique permet aux ingénieurs d’effectuer un prototypage à gestion rapide (RCP) et de vérifier la conception de l’installation au sein de l’oiseau métallique, hélicoptère ce qui conduit à des périodes d’amélioration et d’intégration plus courtes. Construisez, testez et certifiez le contrôleur de vol de la compagnie aérienne pour votre avion électrique hybride. Effectuez des tests HIL sur le système de gestion de l’énergie et vérifiez son intégration dans le système de vol de la voiture tout en surveillant toutes les exigences des autorités respectives de l’aviation. Confirmez le style de votre programme de propulsion hybride électrique, à pile à combustible à hydrogène et à batterie à l’aide de HIL pour garantir le niveau de garantie de conception (DAL) requis pour le nouveau prototype. Assurez une intégration transparente du programme de propulsion électrique dans votre production d’énergie de combustion d’hydrogène et de kérosène. L’avion à décollage vertical et à obtention (connu sous le nom d’avion VTOL) a fait ses débuts au cours de la bataille de Corée, principalement dans la partie évacuation sanitaire. Le vénérable hélicoptère Bell 47 (H-13) à pistons a fourni le You.S. Armée ayant une capacité inégalée d’évacuer rapidement le personnel blessé pour un traitement vital. La technologie VTOL a été utilisée pour la première fois dans une partie de combat importante par You.S. forces tout au long de la guerre du Vietnam. Cela a été rendu possible grâce à l’avènement d’un moteur à turbine sensible, offrant d’excellents rapports puissance-poids, couplés à des progrès dans les méthodes de construction en nid d’abeille en aluminium léger et les époxys qui ont créé des cellules puissantes et légères réalisables, et des systèmes de rotor considérablement améliorés au cours de la lames en bois plus matures. Ces systèmes ont abouti au Bell UH-1 (Huey), Oh yeah-58 (Kiowa) et Oh-1 (Cobra), le Boeing Vertol CH-47 (Chinook), le Sikorsky CH-54 (SkyCrane), ainsi que comme le Hughes OH-6 (Cayuse). La flotte d’hélicoptères civils pendant et après la bataille du Vietnam était une excroissance des technologies mises au point par les services militaires, où de nombreux avions étaient presque impossibles à distinguer avec leurs cousins ​​militaires. Les avions VTOL ont transformé le combat pour les forces au sol au cours des 50 dernières années, ainsi que les technologies développées ont trouvé plusieurs utilisations dans le monde civil. Les améliorations des technologies VTOL, comme le You.S. Les avions à rotor maigre Navy/Sea V-22 « Osprey », pourraient à un moment donné faire des avions VTOL le principe et se débarrasser de la nécessité de pistes dans les services militaires ou dans l’aviation civile. Personne ne sait combien de temps les humains ont imaginé voler, mais ce concept a inspiré quelques-uns des premiers contes de la culture occidentale traditionnelle. À peu près au moment où BC est devenu AD, le poète romain Ovide a raconté l’histoire de Dédale et de son fils Icare. Les premiers conteurs ainsi que leurs spectateurs ont pu voir la neige persister autour des plus grands sommets montagneux par temps chaud ; de toute évidence, l’air n’est pas devenu plus chaud avec l’altitude, donc le soleil n’aurait pas fait fondre la cire retenant les plumes d’Icare à ses ailes. Cette histoire attire les émotions, pas la raison.

Des hélicoptères de luxe

La plupart des gens ont entendu parler des jets privés et des charters, mais les hélicoptères de luxe sont de véritables joyaux. Non seulement ces appareils sont moins chers, mais les hélicoptères peuvent atteindre des endroits que les jets encombrants ne peuvent pas atteindre. Avoir un hélicoptère privé ou d’entreprise est pratique, plus respectueux de l’environnement et un symbole ultime de statut. Des célébrités comme Brad Pitt et Angelina Jolie, Paul Allen et Donald Trump en possèdent, et ce marché de niche s’est considérablement développé ces dernières années en raison de la demande des personnes fortunées.

Cet hélicoptère de luxe n’est pas seulement élégant, mais il a des performances exquises. L’intérieur offre un large choix d’options de personnalisation, des tissus aux boiseries en passant par les garnitures exclusives. Des systèmes audio haut de gamme, un bar et des armoires à casse-croûte personnalisés, des téléphones satellites et des zones de travail séparées sont autant d’éléments qui rendent cet appareil si luxueux. Le S-76C++ de Sikorsky est doté de deux turbomoteurs et d’une construction très légère. La disposition des sièges exécutifs de cet hélicoptère peut accueillir jusqu’à huit personnes et la technologie Quiet Zone, signature de Sikorsky, permet aux passagers de voyager en tout confort. Le S-76C++ est le choix de nombreux dignitaires dans le monde, y compris la famille royale britannique.

Ceux qui souhaitent un hélicoptère de luxe plus spacieux se tournent souvent vers le Sikorsky S-92. Il peut accueillir 10 passagers, dispose de toilettes, d’une cuisine et de placards bien conçus, et sa cabine est relativement silencieuse. Les options personnalisées comprennent un blindage extérieur renforcé, des téléphones satellites et des systèmes de surveillance avancés. Les présidents et chefs d’État de plus de dix pays du monde entier ont choisi le Sikorsky S-92 comme moyen de transport officiel en raison de ses grandes caractéristiques de sécurité et de son espace.

Le 525 de Bell, également connu sous le nom de Relentless, fait partie de la classe super-moyenne des hélicoptères de luxe de la société. Son extérieur est élégant et distinctif, et l’intérieur offre un espace généreux et des tonnes de commodités intéressantes. Le Bell 525 est équipé d’un écran tactile avionique Garmin G5000H, utilise un système de commande de vol électrique et a une autonomie de 926 km. Cet appareil peut accueillir jusqu’à 20 passagers et a été conçu pour une sécurité optimale. À l’intérieur, la cabine ressemble à une salle de réunion haut de gamme, avec des sièges en peluche et un look moderne.

L’AW101 est le premier hélicoptère de luxe d’AgustaWestland, et sa cabine est la plus grande de sa catégorie. Cet hélicoptère peut accueillir jusqu’à 24 passagers et est à la fois assez large et assez haut pour que les passagers puissent marcher debout sans problème. Cet hélicoptère particulier a été testé et prouvé comme étant sûr et résistant dans tous types d’environnements, y compris dans les cercles antarctiques et arctiques. Les normes technologiques et de sécurité rigoureuses de l’AW101 en font un choix populaire dans les domaines militaire et gouvernemental, mais il est également disponible pour un usage personnel.

L’une des caractéristiques les plus remarquables et les plus attrayantes de l’AgustaWestland AW609 est sa capacité à décoller et à atterrir verticalement, ce qui lui permet d’atteindre un large éventail d’endroits. Cet hélicoptère de luxe vole également deux fois plus loin et plus vite que les autres hélicoptères de sa catégorie, atteignant des vitesses de croisière de 316 mph et une autonomie de 860 miles. La cabine luxueuse de l’AW609 offre un confort et des commodités de niveau VIP, et selon les options de personnalisation choisies, tour en hélicoptère il peut accueillir 6 ou 9 passagers.

Prenez une ingénierie de classe mondiale et combinez-la avec le style d’une maison de mode emblématique, et vous obtiendrez l’EC135 d’Eurocopter. La version design de cet hélicoptère de luxe est le fruit d’une collaboration entre les ingénieurs d’Eurocopter et Hermès, et elle est décadente. Les tissus signés Hermès, les banquettes et les sièges en cuir de veau et le cuir souple comme du beurre font de ce giravion le summum du style. L’encombrement de la cabine est maximisé grâce à des compartiments cachés, des portes de séparation et des consoles encastrées. Une cloison en verre crée de l’intimité en séparant le cockpit de l’hélicoptère de la cabine. Même l’extérieur présente une belle esthétique, et cette version exclusive de l’EC135 est silencieuse partout. La maniabilité et la stabilité de cet hélicoptère sont inégalées, et en termes de style, il n’y a pas beaucoup mieux.

Hélicoptère: comment faire un vol

L’un des meilleurs aspects de l’offre de circuits en hélicoptère dans la ville est de devenir l’occasion de donner aux individus le frisson de la vie. Fondamentalement, nous aimons regarder les gens approcher nos hélicoptères avec enthousiasme, nous savons que faire quelque chose de nouveau peut inspirer des inquiétudes et peut-être même quelques inquiétudes anxieuses. En plus de lire nos méthodes de sécurité, voici tout ce que vous devez savoir pour préparer votre premier voyage en hélicoptère. Choisissez le bon hélicoptère Lorsque vous réservez une visite guidée dans l’atmosphère, vol en hélicoptère assurez-vous de savoir dans quelle direction les chaises font face. Un hélicoptère dont toutes les chaises sont tournées vers l’avant donne le meilleur aperçu et il est beaucoup plus simple de découvrir les lieux avec tout le monde lors de votre propre voyage. Avoir un siège avant-gardiste aide également tous les voyageurs de votre groupe qui peuvent avoir des problèmes de santé liés aux mouvements pour leur permettre de se détendre et de profiter de la balade. Tenue appropriée La sécurité doit toujours être au premier plan de vos pensées lorsque vous choisissez votre tenue pour le voyage en hélicoptère. Bien que vous puissiez vous habiller avec style pour être magnifique sur la photo avant le vol, vous devez également être confortable et en sécurité. Il est préférable de conserver les casquettes, foulards et autres accessoires dans votre véhicule ou dans un casier de rangement dans notre centre car ils peuvent exploser. Si vous avez les cheveux longs, tirez-les en arrière pour éviter les enchevêtrements et assurez-vous de mettre des chaussures plates à bouts droits. Comprendre la disposition des sièges Normalement, nous voulons tous le meilleur siège sur leur trajet en hélicoptère ou même de s’asseoir à côté de leur autre significatif. Fondamentalement, nous essayons de nous assurer de respecter vos préférences, la réalité est que le chargement d’un hélicoptère correctement est essentiel pour son équilibre. Chaque fois que vous montez à bord, nous vous révélerons où vous pouvez vous asseoir pour votre poids corporel et votre équilibre corrects depuis l’hélicoptère. Si vous n’êtes pas en mesure de vous asseoir correctement près de votre partenaire, ne vous inquiétez pas, vous aurez néanmoins la possibilité de communiquer et de savourer l’ambiance de la rencontre. Obtenez l’Ideal Shot Les appareils photo numériques sont autorisés à bord de nos excursions en hélicoptère et nous vous encourageons à cliquer sans hésiter pendant que vous vous envolez plus que des attractions historiques comme la Statue de la Liberté. Pour éliminer l’éblouissement autour des fenêtres de la maison, pensez à vous habiller de couleurs plus foncées, car les teintes plus claires peuvent se refléter sur le verre. Vous devez également planifier vos vacances pour trouver les meilleures occasions pendant la journée pour prendre des photos. En règle générale, les heures du milieu de la matinée à celles du début de la journée seraient les plus claires simplement parce que tout brouillard matinal peut s’être dissipé et que la lumière du soleil ne retarde pas ses rayons de soleil les plus forts. Détendez-vous et optez pour le flux À partir du moment où vous vous présentez pour votre voyage en hélicoptère, les choses sont bien planifiées pour que vous ayez une expérience fluide. Avant de monter dans l’hélicoptère, vous aurez la chance de regarder un clip vidéo sur la sécurité et d’apprendre à vous approcher correctement de l’avion. Notre équipe vous aidera ensuite à vous installer sur votre chaise et s’assurera que vous êtes en sécurité avant le décollage. Bien que vous puissiez ressentir de l’anxiété, prendre note de la préparation du vol avant l’avion peut vous aider à vous sentir en confiance lorsque vous vous couchez. Les individus font essentiellement un tour en hélicoptère pour leur excitation de voler dans un hélicoptère pour la première fois, ou sont de grands fans d’hélicoptères – il peut donc être frustrant de savoir où vous vous asseyez. Le moment où vous vous détendrez dans l’hélicoptère sera déterminé par le poids corporel et les quantités ; ce qui signifie que la charge de tous les passagers et du pilote sera répartie. Pour s’assurer que cela peut signifier que vous n’obtiendrez pas la chaise avant, ou peut-être une chaise de vitre. La plupart du temps, la personne la moins lourde du groupe peut obtenir la chaise centrale arrière. Rendez-vous à l’héliport en hélicoptère en véhicule ou en transport public et vous aurez peut-être une idée de la façon dont la température est généralement dans l’hélicoptère correctement en vol – même s’il peut être un peu plus froid. Pendant les mois froids, les éléments peuvent être glacés à l’intérieur de l’hélicoptère car il se trouve dans la voiture ; correctement, les conditions météorologiques chaudes au sol refléteront ce qu’il pourrait être dans l’air. Alors habillez-vous en conséquence, portez des vêtements superposés pendant les mois froids et habillez-vous plus bas pendant les mois chauds d’été.

Comment faire un vol en hélicoptère

L’un des meilleurs endroits pour offrir des visites en hélicoptère dans la ville est la possibilité de donner aux gens l’excitation de la vie. Alors que nous aimons voir les gens piloter nos hélicoptères avec plaisir, nous réalisons que faire quoi que ce soit de nouveau peut inspirer des inquiétudes et peut-être quelques inquiétudes nerveuses. En plus de lire nos procédures de sécurité, voici tout ce que vous devez savoir pour effectuer votre première visite en hélicoptère. Choisissez le meilleur hélicoptère Lorsque vous réservez une visite dans l’atmosphère, Atlantique Helico assurez-vous de savoir de quelle manière les sièges sont traités. Un hélicoptère dont toutes les chaises sont tournées vers l’avant vous offre la meilleure vue et permet de profiter beaucoup plus facilement de la vue avec tout le monde lors de votre visite. Avoir un siège à l’avance aide également tous les passagers de votre groupe qui pourraient être aux prises avec des problèmes de santé du mouvement afin qu’ils puissent simplement se détendre et savourer le voyage. Tenue correcte La sécurité doit toujours être la principale chose à laquelle vous pensez lorsque vous choisissez votre tenue pour votre visite en hélicoptère. Bien que vous puissiez vous habiller avec style pour avoir fière allure dans l’image avant le vol, vous devez également être confortable et en sécurité. Il est conseillé de laisser les casquettes, foulards, ainsi que d’autres accessoires dans votre véhicule ou un casier de rangement dans notre centre car ils peuvent souffler. Pour ceux qui ont les cheveux longs, tirez-les vers l’arrière pour éviter les nœuds et assurez-vous de mettre des chaussures plates et presque à bout de pied. Comprendre les plans des sièges Normalement, tout le monde veut le meilleur siège sur son trajet en hélicoptère ou même s’asseoir à côté de son compagnon. Fondamentalement, nous essayons de nous assurer de respecter vos préférences, la vérité est que le lancement d’un hélicoptère correctement est important pour son équilibre. Chaque fois que vous passez à table, nous vous révélerons où vous pouvez vous asseoir pour votre poids et votre équilibre corrects depuis le hachoir. Si vous n’êtes pas en mesure de vous asseoir juste à côté de votre partenaire, ne vous inquiétez pas, vous pourrez toujours vous connecter et profiter de l’expérience à l’antenne les uns avec les autres. Obtenir le cliché parfait Les caméras sont autorisées à bord de nos excursions en hélicoptère et nous vous encourageons à prendre des photos alors que vous vous envolez plus que des monuments historiques comme la Sculpture de la Liberté. Pour éliminer les reflets sur les fenêtres, pensez à vous habiller de couleurs plus foncées, car des teintes plus claires peuvent se refléter sur la fenêtre. Vous devez également planifier votre voyage pour trouver les meilleurs moments de la journée pour prendre des photos. Habituellement, les heures du milieu de la matinée à tôt à la mi-journée sont les plus claires simplement parce que tout brouillard tôt le matin se sera dissipé et que la lumière du soleil ne retarde pas ses rayons les plus forts. Détendez-vous et partez avec le Stream À partir du moment où vous vous présentez pour votre voyage en hélicoptère, tout est bien planifié pour vous permettre d’avoir une rencontre sans faille. Avant de monter dans l’hélicoptère, vous aurez la chance de visionner une vidéo de sécurité et de découvrir des façons de vous approcher correctement de l’avion. Notre équipage vous aidera probablement à vous installer sur votre chaise et s’assurera que vous êtes en sécurité avant le décollage. Bien que vous puissiez vous sentir nerveux, prêter attention à la préparation du vol avant la compagnie aérienne peut vous aider à vous sentir vraiment à l’aise pendant l’embarquement. Les gens font essentiellement un tour en hélicoptère pour l’excitation de monter à l’intérieur d’un hélicoptère la toute première fois, ou sont de grands fans d’hélicoptères – il peut donc être décevant de savoir où vous vous asseyez. Le moment où vous vous détendrez dans l’hélicoptère sera déterminé par le poids corporel et les quantités ; ce qui signifie que le poids de tous les passagers et de l’aviateur sera réparti. Cela peut donc signifier que vous n’obtiendrez pas le siège latéral avant, ni même un siège à vitre. De manière générale, la personne la moins lourde du groupe obtiendra la place arrière centrale. Visitez l’héliport de l’hélicoptère en voiture ou en transport public et vous aurez peut-être une idée de la façon dont la température sera correctement dans l’hélicoptère en vol – même si elle peut être un peu plus fraîche. En hiver, les éléments peuvent être glacés à l’intérieur de l’hélicoptère car il se trouve dans la voiture ; correctement, le temps chaud sur le sol reflétera ce qu’il peut être dans l’atmosphère. Alors habillez-vous de manière appropriée, portez des vêtements superposés en hiver et habillez-vous plus bas pendant la chaude saison estivale.

La Chine teste des drones hélicoptères embarqués

La Chine teste des drones hélicoptères embarqués

Le premier drone hélicoptère embarqué de Chine – qui pourrait être utilisé comme « éclaireur » sur les navires de guerre et jouer un rôle dans les garde-côtes – a effectué son premier vol d’essai, selon son développeur.

L’AR-500B, un hélicoptère léger sans pilote, a été conçu pour la surveillance et l’identification maritimes à grande échelle des navires de la marine et des navires civils.

Son vol inaugural s’est terminé avec succès dans une installation d’essai de la province du Jiangxi, dans l’est de la Chine, fin novembre, a indiqué dans un communiqué l’Institut chinois de recherche et de développement sur les hélicoptères, relevant de l’entreprise publique Aviation Industry Corporation of China.

Obtenez les dernières informations et analyses de notre newsletter Global Impact sur les grandes histoires originaires de Chine.

L’hélicoptère drone a effectué le décollage, le vol stationnaire, les manœuvres et l’atterrissage pendant le vol d’une demi-heure, selon le communiqué.

Il a déclaré que le carburant, la structure, les systèmes électroniques et avioniques du drone avaient été optimisés pour une utilisation maritime afin qu’il puisse résister à l’humidité, baptême en hélicoptère Grenoble moisissure et eau salée. Il a également été équipé de systèmes de guidage et de contrôle pour l’atterrissage vertical sur un navire.

« Donc, dans l’ensemble, l’hélicoptère drone AR-500B pourra s’adapter à l’environnement marin et au scénario d’utilisation des navires », indique le communiqué.

Selon un commentaire publié lundi dans le magazine de défense chinois Ordnance Industry Science Technology, le drone a été développé pour combler une lacune importante et pourrait être utilisé dans un essaim pour rechercher des navires de guerre ainsi que sur des navires de garde-côtes dans les mers de Chine méridionale et de Chine orientale. .

Il a déclaré que l’AR-500B avait une charge utile et une portée opérationnelle bien plus grandes et une meilleure endurance que les mini drones quadricoptères utilisés sur les navires des garde-côtes chinois – ce qui signifie qu’il pourrait être utilisé pour étendre la surveillance et raccourcir les temps de réponse, y compris pour la surveillance et les efforts de recherche et de sauvetage, et pour les patrouilles « souveraines ».

« Cela pourrait devenir les » yeux de faucon « pour l’application de la loi maritime », a déclaré le commentaire.

Le drone hélicoptère a une masse maximale au décollage de 500 kg (1 102 lb) et une charge utile de mission de 70 kg (154 lb), a déclaré son développeur.

Il peut voler jusqu’à 4 000 mètres (13 120 pieds) à une vitesse maximale de 140 km/h (86 miles/heure).

Le véhicule aérien sans pilote pourrait être utilisé par les navires pour surveiller de vastes zones et identifier les informations sur les navires – il a une portée opérationnelle de 100 km et peut voler jusqu’à quatre heures, selon le communiqué.

Le développement du drone léger a fourni un savoir-faire technologique précieux pour la conception et la production de versions lourdes à utiliser sur de grands navires de guerre comme les porte-avions et les destroyers.

La marine chinoise aurait effectué en juillet le premier vol d’essai d’une version navale du CH-5, un drone de reconnaissance et d’attaque à voilure fixe pour ses porte-avions.

L’US Navy dirige le développement de drones à voilure fixe embarqués sur porte-avions avec son MQ-25 Stingray.